Fin du service Autolib’

Après sept années d’exploitation d’un service public précurseur et unique au monde par son ampleur, le groupe Bolloré a précipité la fin du service Autolib’ en posant aux élus du Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole un ultimatum : payer la somme astronomique de 233 millions d’euros, faute d’un modèle économique rentable, ou refuser et enclencher de fait la résiliation du contrat. Le 21 juin dernier, les élus représentant la centaine de communes adhérentes au service Autolib’ ont majoritairement voté contre le règlement d’une facture dont ils contestaient le montant, entraînant contractuellement la fin du service.

Après avoir refusé la proposition des élus d’un arrêt du service sur plusieurs mois, le groupe Bolloré a accepté finalement une sortie progressive du service s’étalant jusqu’au 31 juillet 2018, date à laquelle toutes les stations ont été désactivées.

Le groupe Bolloré s’est engagé à restituer au Syndicat l’ensemble des stations et à retirer toutes les BlueCars au plus tard d’ici le 31 août 2018. Le réseau d’environ 6 000 bornes de recharge et les places de stationnement seront restitués aux communes. Le Syndicat accompagnera les collectivités adhérentes dans leurs réflexions sur les options permettant de valoriser au mieux ce réseau.

La fin du service Autolib’ ouvre la possibilité à d’autres offres de mobilités électriques et d’autopartage de venir s’installer dans le Grand Paris. Les élus restent mobilisés pour accompagner le développement d’offres plus diversifiées, plus souples, probablement plus adaptées aussi aux besoins de mobilité des habitants du territoire francilien.

Communiqué de presse à retrouver ici.