Le service public Vélib’ Métropole passe un cap déterminant

Les élus métropolitains réunis à l’occasion du Comité syndical le 19 septembre 2019 ont partagé leur satisfaction de voir le service public Vélib’ confirmer ses performances. Les résultats de cette rentrée 2019 ont en effet démontré la solidité du service Vélib’ qui a ainsi enregistré sur une journée jusqu’à 176 000 courses. Des performances qui font de Vélib’ le plus grand service public au monde de vélos partagés électriques et mécaniques.

 

55 communes du Grand Paris desservies par le service Vélib’

A ce jour, 1 334 stations sont en service sur un périmètre de 400 km2 (167 km2 pour Vélib’1), 977 à Paris et 357 dans 54 communes de la Métropole. Le nombre de vélos présents sur le terrain continue à augmenter progressivement et 19 000 Vélib’ seront disponibles pour les usagers d’ici la fin de l’année, dont plus de 30 % de vélos à assistance électrique.

 

La progression des abonnements se poursuit

Avec 245 000 abonnés au service la progression des abonnements se poursuit avec une forte accélération sur les trois premières semaines de septembre. Sur l’ensemble des abonnés Vélib’, 34 % ont un forfait V-Libre, 49 % V-Plus et 17 % V-Max. Avec ses usagers, Vélib’ Métropole a ainsi enregistré plus de 5 millions de km parcourus depuis le 1er septembre. 44 % de ces trajets ont été réalisés avec un vélo à assistance électrique. 81 % ont été réalisés sur des trajets  dans Paris et 19 % entre Paris et la proche couronne ou uniquement en proche couronne.

Sur 155 680 usagers uniques depuis le début du mois de septembre, 34 % ont été des femmes et 66 % des hommes. Le temps moyen d’une course s’est élevé à 17 minutes pour une distance moyenne de 3 km. Les Vélib’ ont en conséquence été très sollicités et  enregistrent jusqu’à 10 locations par jour pour chaque vélo électrique, 9 pour les vélos mécaniques, contre 4 au maximum pour les autres opérateurs.

 

Haut niveau d’exigence sur la qualité du service

Lors du Comité syndical, les élus ont rappelé à la société Smovengo leur exigence concernant la disponibilité et l’état des vélos dans toutes les stations du territoire métropolitain. Plusieurs indicateurs ont été mis en place par les équipes du Syndicat pour suivre cet élément clef du service. Les élus ont également demandé à la société Smovengo de poursuivre son travail pour améliorer dans sa globalité la qualité de service rendu aux usagers et mieux lutter contre les incivilités, les vols et la fraude bancaire.

Enfin, l’ensemble des élus parisiens et métropolitains ont partagé lors du Comité Syndical leur volonté de poursuivre le développement de la pratique du vélo en ville. Le service public Vélib’ a en effet démontré en cette rentrée, et notamment lors des mouvements sociaux, que Vélib’ était un moyen de transport à part entière à l’échelle du Grand Paris. Dans ce sens, les élus réfléchissent d’ores et déjà avec la Métropole du Grand Paris, co-financeur, à l’ouverture de nouvelles stations Vélib’.

 

L’espace public : un bien commun à partager

Depuis un an, des opérateurs de free-floating – vélos, scooters, trottinettes, gyropodes, monocycles, etc. – développent de nouvelles mobilités en ville et notamment dans la capitale. L’offre de transport se diversifie, qui permet à chacun.e de bénéficier d’une alternative à l’utilisation d’un véhicule individuel polluant.

Le free-floating permet une grande liberté à l’utilisateur, puisqu’il peut prendre et déposer sa trottinette, son vélo etc. où il le souhaite. Cependant cette liberté individuelle est à conjuguer à un usage responsable. L’espace public est par définition partagé.

C’est pourquoi en l’absence actuelle de cadre juridique adapté et pour encadrer les opérateurs et les usages, la Ville de Paris a mis en place plusieurs mesures. Une sensibilisation du grand public, la signature d’une charte de bonne conduite des opérateurs, mais aussi une verbalisation des usages abusifs, comme la circulation ou le stationnement gênant  sur les trottoirs pour les trottinettes électriques. Une redevance en cas d’exploitation commerciale de l’espace public est également envisagée, dans le cadre des débats de la future loi d’orientation des mobilités. Enfin, le développement de places de stationnement dédiées est programmé.

La mobilité est plurielle, les offres complémentaires. Vélib’ Métropole est le système de vélo partagé le plus grand au monde, de par le territoire couvert et le parc de vélos proposé, dont des vélos électriques. Ce service public a également la spécificité de reposer sur un système où la prise et la dépose des vélos se fait en station. Ce système de vélo-stations assure un stationnement raisonné des vélos et permet un partage équilibré d’un espace public dont la densification s’accentue.

Vélib’ retrouve ses usagers

Après une 1ère étape d’installation des nouvelles stations Vélib’ en cours de finalisation, les élus du Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole ont demandé à la société Smovengo de concentrer ses efforts sur l’amélioration du fonctionnement du service. C’est aujourd’hui la priorité des élus : plus de vélos fonctionnels et disponibles en station sur l’ensemble du territoire métropolitain pour les usagers qui reviennent nombreux vers le service.

Un déploiement du service finalisé d’ici la fin du printemps

L’opérateur Smovengo a annoncé aux élus lors de la séance du Comité Syndical ce vendredi que les 1 400 stations et 20 000 vélos prévus au contrat seront disponibles pour les usagers d’ici la fin du printemps. Ceci hormis les quelques stations pour lesquelles les études techniques sont en cours de finalisation.

A ce jour, 12 700 Vélib’ circulent sur le territoire métropolitain et 1 184 stations sont aujourd’hui en service sur un périmètre de 390 km2, dont 272 dans 50 villes de la proche couronne. Smovengo s’est engagé sur la demande des élus du Syndicat à augmenter rapidement le nombre de vélos présents sur le terrain pour les usagers et à améliorer leur réparation avec un renforcement des moyens humains.

La progression des abonnements se poursuit

Grâce aux progrès significatifs réalisés ces derniers mois, les usagers reviennent vers le service Vélib’. En février, ils ont été plus de 100 000 à utiliser le service. Le nombre de courses réalisées chaque jour est ainsi en hausse et un record a été établi fin février avec plus de 60 000 trajets sur la journée. Sur tout le mois de février c’est 1,3 million de courses qui ont été effectuées et 3,3 millions de km parcourus. Il y a désormais plus de 160 000 abonnés et les usagers à s’abonner ou se réabonner sont de plus en plus nombreux.

Des améliorations encore attendues pour améliorer la qualité du service

Lors du Comité Syndical, les élus ont rappelé à la société Smovengo leur exigence concernant la disponibilité des vélos dans toutes les stations du territoire métropolitain. Plusieurs indicateurs ont été mis en place par les équipes du Syndicat pour suivre ce point et les élus ont exigé des améliorations.

Les élus ont également demandé à la société Smovengo de poursuivre son travail pour améliorer le système informatique et les télécommunications, la stabilité des données ainsi que le parcours client. Des points essentiels pour que le service réponde aux exigences du contrat et des usagers.

 

En conclusion du Comité Syndical, les élus ont noté l’ensemble des améliorations du service mais rappelé à la société Smovengo leur vigilance et les engagements du contrat, le service restant encore à fiabiliser. La priorité de l’ensemble des élus parisiens et métropolitains est de proposer un service de qualité, répondant aux attentes des usagers et permettant, notamment grâce aux Vélib’ électriques et à un territoire étendu à la Métropole, de développer la pratique du vélo en ville. Dans ce sens, les élus réfléchissent d’ores et déjà avec la Métropole du Grand Paris, co-financeur, à l’ouverture de nouvelles stations. Vélib’ est un système de vélos en libre-service unique au monde, de par le périmètre couvert et le parc de vélos proposés, notamment électrique avec recharge en station.

 

La 1000e station Vélib’Métropole ouverte !

Après un premier semestre 2018 très difficile pour les usagers de Vélib’, qui avait amené les élus de la Métropole du Grand Paris à rappeler à l’ordre la société Smovengo, cette dernière a réussi à redresser la situation.

Le déploiement de Vélib’ Métropole a franchi une étape décisive jeudi 15 novembre, avec l’ouverture de la 1 000e station Vélib’, soit 809 stations en fonction à Paris et 191 dans les autres communes de la Métropole du Grand Paris adhérentes de ce service.

Grâce à ce maillage important, et aux 14 400 vélos aujourd’hui en circulation, Vélib’ Métropole enregistre désormais près de 54 000 courses quotidiennes (de plus de 3 min), un niveau quasiment identique à celui du précédent service Vélib’ en période automnale.

Catherine Baratti-Elbaz, Présidente du Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole, Anne Hidalgo, Maire de Paris et Patrick Ollier, Président de la Métropole du Grand Paris se réjouissent de ces bons résultats et appellent la société Smovengo à poursuivre ses efforts afin de finaliser au plus tôt le déploiement.

Les élus ont par ailleurs rappelé à la société Smovengo qu’elle doit parvenir à la résolution rapide des derniers dysfonctionnements, continuer à améliorer le parcours client et réguler avec le maximum d’efficacité possible le service Vélib’ sur l’ensemble du territoire.

Le service public Vélib’ Métropole devrait compter 1 100 stations en fonctionnement et 16 000 vélos en circulation à la fin de l’année 2018, puis 1 400 stations et 20 000 vélos – soit 100 % des objectifs prévus au contrat – d’ici la fin du premier trimestre 2019. La soixantaine de communes de la Métropole Grand Paris adhérentes au service public Vélib’ disposera ainsi du plus grand réseau de vélos mécaniques et électriques en libre-service au monde. La mobilisation des élus métropolitains reste entière pour soutenir le développement du vélo dans la Métropole et plus largement des transports propres.

Autolib’ : le groupe Bolloré continue de réclamer des sommes aberrantes aux collectivités

Le Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole a reçu comme prévu ce mardi 25 septembre la facture du groupe Bolloré à la suite de la résiliation du service Autolib’ intervenue le 25 juin 2018.

Le groupe Bolloré demande aux collectivités de lui verser 235 millions d’euros, soit un montant comparable à celui déjà demandé par le passé par l’industriel aux collectivités et qui avait conduit à déclencher la procédure de résiliation du contrat. Ce montant aberrant comprend le déficit estimé unilatéralement par le groupe Bolloré sur les années d’exploitation du service depuis 2011 et le coût de la résiliation anticipée (dont la Valeur Nette Comptable des biens de retour).

Comme cela avait déjà été annoncé au début de l’été, le Syndicat métropolitain contestera point par point cette facture, dont le mode de calcul n’est pas précisé ni assorti des justificatifs appropriés. Si le groupe Bolloré persiste dans cette voie, le Syndicat fera valoir ses droits devant les tribunaux.

Les élus du Syndicat sont pleinement déterminés à défendre les intérêts de leurs administrés face au groupe Bolloré. Il est inenvisageable que les contribuables supportent des coûts qui sont de la responsabilité du groupe Bolloré.

 

Autolib’ : Les élus travaillent à l’avenir des bornes de recharge

Lors du Comité Syndical Autolib’ Vélib’ Métropolede ce vendredi 21 septembre, les élus ont voté les premières modifications de statut du Syndicat afin de gérer la sortie du service Autolib’ et de ses stations.

Les élus ont à cette occasion réaffirmé leur souhait de travailler collectivement accompagnés par le Syndicat à l’avenir des bornes de recharges qui constituent un réseau unique au monde et un atout considérable pour le développement des mobilités propres.

Vélib’ : les élus souhaitent le déploiement complet du service dans les meilleurs délais

Lors du Comité Syndical Autolib’ Velib’ Métropole du 21 septembre, les élus ont souligné les améliorations constatées sur le fonctionnement du service et la tenue des objectifs fixés par Smovengo dans son plan d’action pour fin août. En conséquence, les élus du Comité Syndical ont décidé de la poursuite du service. Conscients cependant que les usagers ne bénéficient pas encore d’un service à la hauteur de leurs attentes, les élus ont réaffirmé la nécessité pour Smovengo de résoudre tous les dysfonctionnements et d’ouvrir les 1 400 stations attendues dans une soixantaine de communes de la Métropole et à Paris dans les meilleurs délais.

 

Poursuite de l’ouverture des stations et vigilance des élus  

Avec 820 stations électrifiées (dont 126 dans 28 communes de la Métropole), 10 000 vélos déployés dont 3 400 vélos électriques, plus de 30 000 courses chaque jour au 30 août et une progression constante ces dernières semaines avec 46 000 courses atteintes le 19 septembre, les élus du Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole ont pris acte du respect du plan d’action demandé à Smovengo cet été et de l’amélioration du service Vélib’.

Aujourd’hui, ils demandent à Smovengo de respecter ses engagements contractuels : correction des derniers dysfonctionnements (changements de fourches et installation des guides roues pour améliorer la prise et la dépose des vélos ; optimisation de la cartographie et amélioration de l’information aux usagers, etc.) ; ouverture des 1 400 stations dans l’ensemble des communes concernées.

Les élus ont par ailleurs demandé à la société Smovengo de maintenir une communication transparente et réactive envers les usagers y compris sur les stations.

Madame Catherine Baratti-Elbaz, Présidente du Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole, précise : « Si nous avons effectivement constaté l’amélioration du service Vélib’, nous sommes également particulièrement attentifs aux commentaires des usagers. Le Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole demande par conséquent à Smovengo de poursuivre les efforts afin d’ouvrir les 1 400 stations prévues au contrat au plus vite. »

Des mesures compensatoires pour les usagers

La qualité du service n’étant toujours pas satisfaisante, les élus ont voté ainsi qu’ils l’avaient annoncé début juillet :

  • Comme pour les mois précédents, le remboursement du service pour les mois de juillet et août.

Ils ont rappelé que les abonnés avaient jusqu’au 30 septembre pour faire leur demande sur le site Internet de Vélib’ métropole. Les remboursements seront effectués en octobre.

  • La reconduction (comme pour les mois de juillet et août) de la gratuité du service en septembre pour les 30 premières minutes d’utilisation quelle que soit la formule d’abonnement.

Enfin, depuis le 1erseptembre et jusqu’au 30 novembre, les élus ont souhaité mettre en place une offre de rentrée avec les abonnements ou renouvellements d’abonnement à V-Plus ou V-Max, à -50 %.

4ème édition de la « Journée sans Voiture »

Dimanche 16 septembre, de 11h à 18h, se déroulera à Paris la 4ème édition de la Journée sans voiture. L’organisation de cette journée permet à Paris de réaffirmer son engagement pour une ville moins polluée et plus agréable à vivre.  Cette année, elle est organisée lors des Journées du patrimoine et de la Semaine européenne de la mobilité. Par ailleurs, un forum présentera sur le parvis de la Mairie du 4ème arrondissement, place Baudoyer, un aperçu des véhicules de mobilité partagée – autopartage, vélos, trottinettes et scooters électriques en free-floating – disponibles à Paris. Vous pourrez notamment y retrouver le service Vélib’ Métropole.

Retrouvez plus d’infos sur paris.fr.

Fin du service Autolib’

Après sept années d’exploitation d’un service public précurseur et unique au monde par son ampleur, le groupe Bolloré a précipité la fin du service Autolib’ en posant aux élus du Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole un ultimatum : payer la somme astronomique de 233 millions d’euros, faute d’un modèle économique rentable, ou refuser et enclencher de fait la résiliation du contrat. Le 21 juin dernier, les élus représentant la centaine de communes adhérentes au service Autolib’ ont majoritairement voté contre le règlement d’une facture dont ils contestaient le montant, entraînant contractuellement la fin du service.

Après avoir refusé la proposition des élus d’un arrêt du service sur plusieurs mois, le groupe Bolloré a accepté finalement une sortie progressive du service s’étalant jusqu’au 31 juillet 2018, date à laquelle toutes les stations ont été désactivées.

Le groupe Bolloré s’est engagé à restituer au Syndicat l’ensemble des stations et à retirer toutes les BlueCars au plus tard d’ici le 31 août 2018. Le réseau d’environ 6 000 bornes de recharge et les places de stationnement seront restitués aux communes. Le Syndicat accompagnera les collectivités adhérentes dans leurs réflexions sur les options permettant de valoriser au mieux ce réseau.

La fin du service Autolib’ ouvre la possibilité à d’autres offres de mobilités électriques et d’autopartage de venir s’installer dans le Grand Paris. Les élus restent mobilisés pour accompagner le développement d’offres plus diversifiées, plus souples, probablement plus adaptées aussi aux besoins de mobilité des habitants du territoire francilien.

Communiqué de presse à retrouver ici.

Autolib’ : les élus du Comité Syndical valident le protocole de sortie du service Autolib et étudient des solutions pour l’avenir

A l’occasion du Comité Syndical Autolib’ Velib’ Métropole du 11 juillet, les élus métropolitains ont ratifiéle protocole de sortie de la délégation de service public du service d’autopartage Autolib’. Lors de la séance du 21 juin dernier, les élus du Comité Syndical avaient donné mandat à Catherine Baratti-Elbaz, Présidente du Syndicat, afin de négocier les conditions matérielles et techniques de la fin du service, etd’obtenir du Groupe Bolloré un arrêt progressif du service. Le protocole négocié avec le Groupe Bolloré prévoit ainsi l’arrêt de l’activité d’exploitation d’Autolib’ d’ici au 31 juillet. Il convient des modalités d’arrêt techniques, financières et opérationnelles de l’activité d’exploitation d’Autolib’, ainsi que le calendrier,les modalités et les conditions techniques de remise des biens d’ici le 31 août au plus tard.

Les élus ont tenu à rappeler leur attention aux salariés d’Autolib’ et leur souhait qu’ils soient reclassés rapidement dans d’autres filiales du Groupe Bolloré, dans le respect le plus strict du dialogue social. Les élus seront attentifs à la qualité du Plan de Sauvegarde de l’Emploi qui leur sera proposé.

Le Comité Syndical a par ailleurs rappelé au Groupe Bolloré son obligation d’assurer la bonne information des abonnés Autolib’ jusqu’au 31 juillet.

Le service Autolib’ a été précurseur des services de mobilité électrique partagés, premier service déployé sur le territoire métropolitain, et a démontré la capacité d’innovation du Grand Paris. Résolument tournés vers l’avenir, les élus entendent capitaliser sur cette expérience et étudient d’ores- et-déjà les alternatives pour utiliser au mieux les bornes de recharge électriques, développer denouvelles formes d’autopartage et analysent les expériences existantes en France et à l’étranger. Les élus seront amenés à se prononcer dans les prochains mois sur le sujet, comme sur l’évolution desmissions du Syndicat.