Fin du service Autolib’

Après sept années d’exploitation d’un service public précurseur et unique au monde par son ampleur, le groupe Bolloré a précipité la fin du service Autolib’ en posant aux élus du Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole un ultimatum : payer la somme astronomique de 233 millions d’euros, faute d’un modèle économique rentable, ou refuser et enclencher de fait la résiliation du contrat. Le 21 juin dernier, les élus représentant la centaine de communes adhérentes au service Autolib’ ont majoritairement voté contre le règlement d’une facture dont ils contestaient le montant, entraînant contractuellement la fin du service.

Après avoir refusé la proposition des élus d’un arrêt du service sur plusieurs mois, le groupe Bolloré a accepté finalement une sortie progressive du service s’étalant jusqu’au 31 juillet 2018, date à laquelle toutes les stations ont été désactivées.

Le groupe Bolloré s’est engagé à restituer au Syndicat l’ensemble des stations et à retirer toutes les BlueCars au plus tard d’ici le 31 août 2018. Le réseau d’environ 6 000 bornes de recharge et les places de stationnement seront restitués aux communes. Le Syndicat accompagnera les collectivités adhérentes dans leurs réflexions sur les options permettant de valoriser au mieux ce réseau.

La fin du service Autolib’ ouvre la possibilité à d’autres offres de mobilités électriques et d’autopartage de venir s’installer dans le Grand Paris. Les élus restent mobilisés pour accompagner le développement d’offres plus diversifiées, plus souples, probablement plus adaptées aussi aux besoins de mobilité des habitants du territoire francilien.

Communiqué de presse à retrouver ici.

Autolib’ : les élus du Comité Syndical valident le protocole de sortie du service Autolib et étudient des solutions pour l’avenir

A l’occasion du Comité Syndical Autolib’ Velib’ Métropole du 11 juillet, les élus métropolitains ont ratifiéle protocole de sortie de la délégation de service public du service d’autopartage Autolib’. Lors de la séance du 21 juin dernier, les élus du Comité Syndical avaient donné mandat à Catherine Baratti-Elbaz, Présidente du Syndicat, afin de négocier les conditions matérielles et techniques de la fin du service, etd’obtenir du Groupe Bolloré un arrêt progressif du service. Le protocole négocié avec le Groupe Bolloré prévoit ainsi l’arrêt de l’activité d’exploitation d’Autolib’ d’ici au 31 juillet. Il convient des modalités d’arrêt techniques, financières et opérationnelles de l’activité d’exploitation d’Autolib’, ainsi que le calendrier,les modalités et les conditions techniques de remise des biens d’ici le 31 août au plus tard.

Les élus ont tenu à rappeler leur attention aux salariés d’Autolib’ et leur souhait qu’ils soient reclassés rapidement dans d’autres filiales du Groupe Bolloré, dans le respect le plus strict du dialogue social. Les élus seront attentifs à la qualité du Plan de Sauvegarde de l’Emploi qui leur sera proposé.

Le Comité Syndical a par ailleurs rappelé au Groupe Bolloré son obligation d’assurer la bonne information des abonnés Autolib’ jusqu’au 31 juillet.

Le service Autolib’ a été précurseur des services de mobilité électrique partagés, premier service déployé sur le territoire métropolitain, et a démontré la capacité d’innovation du Grand Paris. Résolument tournés vers l’avenir, les élus entendent capitaliser sur cette expérience et étudient d’ores- et-déjà les alternatives pour utiliser au mieux les bornes de recharge électriques, développer denouvelles formes d’autopartage et analysent les expériences existantes en France et à l’étranger. Les élus seront amenés à se prononcer dans les prochains mois sur le sujet, comme sur l’évolution desmissions du Syndicat.

Vélib’ : les 30 premières minutes gratuites pour tous les abonnés cet été

Les élus métropolitains, réunis lors du Comité Syndical Autolib’ Velib’ Métropole du 11 juillet,ont voté la gratuité des 30 premières minutes d’utilisation des Vélib’ mécaniques et électriquespour tous les abonnés, du 16 juillet au 31 août 2018. Par ailleurs, le niveau de service proposé aux usagers restant très insatisfaisant, les élus ont acté le remboursement des abonnements pour les mois de juin, juillet et août 2018.

Pour Catherine Baratti-Elbaz, Présidente du Syndicat : « L’ensemble des élus du Syndicat Autolib’ Velib’Métropole et moi-même sommes particulièrement attentifs au bon déroulement et au respect du pland’actions proposé, à notre demande, par Smovengo. Nous souhaitons que les usagers puissent de nouveau utiliser le service Vélib’. Conscients de ce que vivent les usagers, nous avons également décidé de prolonger le remboursement des abonnements jusqu’à la fin de l’été et voté la gratuité de lapremière demi-heure sur tous les Vélib’, y compris les Vélib’ électriques, pour tous les abonnés ».

Les élus ont voté la prolongation du remboursement des abonnements pour le mois de juin 2018. Cette mesure avait été précédemment adoptée pour les mois de janvier à mai.

Enfin, les élus ont annoncé que ce dispositif sera reconduit pour les mois de juillet et août 2018. Cette décision sera votée lors du prochain Comité Syndical Autolib’ Velib’ Métropole qui se tiendra enseptembre prochain.

Les abonnés qui n’ont pas encore fait les démarches peuvent effectuer leur demande de remboursement jusqu’au 30 septembre prochain, via le formulaire présent sur le site velibmetropole.fraprès s’être identifiés sur leur espace personnel.

Des élus vigilants sur le bon déroulement du plan d’actions proposé par Smovengo

Les élus du Syndicat Autolib’ Velib’ Métropole ont pris acte de la poursuite du plan d’actions demandé à Smovengo qui prévoit notamment d’ici le 31 août 2018 :

    • –  Environ 800 stations mises en service et totalement électrifiées sur le territoire de la Métropole : 658 stations sur Paris et 119 stations dans 28 villes de la Métropole ;
    • –  1 050 stations installées et prêtes à être mises en service, dont 1 010 totalement électrifiés ;
    • –  10 000 vélos dont 3000 vélo à assistance électrique mis en circulation progressivementdans les jours à venir.

Les élus ont demandé à la société Smovengo de renforcer sa communication en toute transparenceenvers les usagers concernant ce plan d’action.